Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/27/d705614364/htdocs/basketmag/wp-content/plugins/woocommerce-product-addons/includes/class-product-addon-cart.php on line 354

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/27/d705614364/htdocs/basketmag/wp-content/plugins/woocommerce-product-addons/includes/class-product-addon-cart.php on line 373

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/27/d705614364/htdocs/basketmag/wp-content/plugins/woocommerce-product-addons/includes/class-product-addon-cart.php on line 410

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/27/d705614364/htdocs/basketmag/wp-content/plugins/woocommerce-product-addons/includes/class-product-addon-cart.php on line 429
Monaco : L’intrigant club du Rocher - BASKET LE MAG

Une équipe située en Principauté, des dirigeants étrangers, une accession fulgurante, une salle aussi petite que l’ambition est débordante : Monaco intrigue. Comment fonctionne le club du Rocher ? Décryptage.

 

Par Yann Casseville

 

Saša Obradović descend tranquillement l’escalier d’un hôtel de Levallois, vient serrer la main du journaliste de Basket Le Mag. Sacrée poigne ! L’entraîneur serbe de 50 ans a pris place sur le banc de Monaco en février. Lui qui a joué, coaché à Belgrade, Rome, Berlin, Kiev ou encore Krasnodar, s’est-il adapté à la vie sur le Rocher ? La question l’amuse. «Quand on fait ce job sérieusement, on ne voit pas beaucoup les lumières de la ville. Il fait beau, c’est agréable, mais je sais pourquoi je suis là : préparer l’entraînement, les matches. Point.» Dans le lobby de l’hôtel, arrive Oleksiy Yefimov (42 ans), le directeur exécutif. Lui est Ukrainien. Le pays lui manque. «C’est normal, chacun a ses racines. Mais je le sentirais bien plus dans n’importe quel autre endroit. Monaco a l’avantage d’être un endroit international. On ne se sent pas étranger, mais un parmi les autres. Ici, il y a environ 150 nationalités !»

Tous deux sont sous les ordres d’un autre Ukrainien, Sergey Dyadechko (44 ans). Il a débarqué dans la Principauté après avoir échappé en 2012 à une tentative d’assassinat. Histoire de gros sous : il est le fondateur de la banque Rodovid, qui fut au cœur d’un scandale financier. Passionné de basket, que l’un de ses fils pratique dans l’équipe U15 de Monaco, il est devenu le président-mécène du club. «C’est avant tout un homme d’affaires, il a ses activités principales. Mais il est extrêmement impliqué et a de très bonnes connaissances basket», assure Yefimov.

 

Pourquoi pas de coach français ?

Dyadechko n’a accordé sa confiance qu’à des entraîneurs étrangers : le Monténégrin Zvezdan Mitrović, le Slovène Sašo Filipovski, aujourd’hui le Serbe Obradović. «Commençons par le début. Nous étions débutants en Pro B. Personne ne savait quel type de projet il y avait ici. Nous voulions quelqu’un que nous connaissions et qui nous connaissait, c’est pour ça que nous avons choisi Mitrović, que nous avions vu pendant onze ans en Ukraine», explique Yefimov. «Pour Filipovski, on a affronté Banvit deux ans en Champions League et on a aimé ce qu’on a vu. Quant à  Saša (Obradović), il est à un niveau plus élevé que notre organisation, il peut nous aider à nous développer.» Le CV du coach – à ne pas confondre avec Željko Obradović, l’entraîneur du Fenerbahçe : «On n’a aucun lien familial, c’est un nom très commun en Serbie», précise Saša – est labellisé haut niveau. Joueur avec la Yougoslavie, il fut champion du monde en 1998, d’Europe en 1995, 1997 et 2001, vice-champion olympique en 1996. «Rien que d’avoir été dans cette équipe pendant sept ans est un souvenir fort. Et les deux meilleurs, c’est d’avoir été champion du monde et gagner l’Euro 1995.» Cette année-là, la Yougoslavie bat la Lituanie (96-90) à l’issue d’une finale dantesque : Šarūnas Marčiulionis a beau inscrire 32 points, Arvydas Sabonis 20, ils finissent par tomber face aux 41 unités de Saša Djordjević. «J’ai été dans beaucoup de grands matches, mais cette finale est dans le Top 3, si elle n’est pas numéro 1. C’était un grand jour pour le basket. Et la meilleure façon de revenir au jeu après les sanctions contre la Yougoslavie.»

Comme coach aussi, Obradović avance quelques références : champion d’Allemagne puis d’Ukraine, trois campagnes en Euroleague, huit en Eurocup, compétition dont il fut finaliste et meilleur entraîneur en 2018. «Depuis mes débuts, j’ai beaucoup changé…

«Monaco, l’intrigant club du Rocher», un article à retrouver en intégralité dans le n°31 de Basket le Mag.

Actuellement en kiosque

Le commander en ligne 

 Trouver un kiosque 

S’abonner au magazine